La Une
Festival
Musique
Théâtre
Cirque
Cinéma
Danse
Livres
Arts Visuels
Art de Vivre
Les robots sont parmi nous !

Hervé Di Rosa et les fondeurs Bamouns font escale à Béziers…
Après DI ROSA CLASSIC, présenté l’année dernière, le maître sétois de l’art modeste revient chez AD Galerie pour présenter sa 11ème étape autour du monde qui fait escale au Cameroun.
C’est en 1993 qu’Herve Di Rosa commence son périple de tour du monde. Son idée est de créer des œuvres avec les techniques, la culture et les différents modes d’expression des pays dans lequels il se trouve. Sa première étape commence en Bulgarie avec des icônes et les « Di Rosaïcones », puis il se rend au Ghana, au Bénin, en Ethiopie. En 1996 il change de continent et part en Asie, au Vietnam plus précisément, ou il va préparer des laques avec des incrustations de nacres, c’est sa cinquième étape autour du monde !
L’enchaînement continu, à Durban en Afrique du Sud, il travaille avec des artistes Zoulous, puis il se rend en Amérique centrale et s’installe au Mexique pour deux ans. Un travail axé sur la tradition mexicaine et en parallèle, il réalise ses premiers « Mollah » (tissus cousus) en Colombie. Après cette période en Amérique latine, Hérvé Di Rosa réside à Miami, ou il réalisera des paysages et des sculptures. Dans l’intervalle américain, il se rend au Cameroun, d’où il reviendra avec des sculptures en bronze, réalisées selon le mode de fabrication des artisans Bamouns, c’est la fameuse onzième étape de l’artiste-globetrotter !
Des dessins d’Herve Di Rosa, les fonderies de Foumban et les authentiques fondeurs qui, selon le vieux procédé de la cire perdue, fabriquent des statues.
Un résultat étonnant ou l’artiste donne vie à des robots en métal brut. Une suite de panneaux de bois sculptés retraçant l’affrontement des robots avec le peuple Bamoun vient parfaire cette série de sculptures. L’ensemble des pièces présentées sont uniques et après Bruxelles, Rodez et Bordeaux dans des lieux plus institutionnels, c’est la première exposition commerciale de cette étape camerounaise. Herve Di Rosa continue son périple, il passe par Béziers, ses oeuvres se vendent entre 6000 et 20000 euros, amateurs fortunés, à vos chéquiers et pour les autres bonne expo !

E.G.
Herve Di Rosa
11ème étape autour du monde : Cameroun
Du 10 octobre au 15 novembre à l’AD Galerie, Béziers (04 67 28 26 58).

La puissance des Yorubas

Avec les arts premiers, c’est souvent une découverte de l’autre, une découverte des continents, des peuples et des tribus qui sont à découvrir à travers les oeuvres. Avec « Yoruba », les Collections de Saint-Cyprien nous emmènent vers une des ethnies les plus influentes de la région nigériane. Les Yorubas sont issus du Niger et des pays limitrophes. Ce sont les Portugais qui, les premiers, découvrent les villes et les royaumes de ce peuple au 15° siècle. Diverses fouilles archéologiques ont démontré qu’ils étaient implantés dans le nord du Niger un siècle avant Jésus Christ, et qu’ils avaient déjà des connaissances sur le travail du fer.
Même si les Yorubas comptent une vingtaine de groupes distincts, leur base culturelle et linguistique est très proche. Ils sont ainsi considérés comme une seule ethnie vivant sur un principe de royaume autonome dont le plus ancien est Oduduwa, qui a pour capitale sacrée Ile-Ifé, considérée comme une ville état. Les Yorubas ne fonctionnent pas sur le principe de l’individualité mais dans un esprit citoyen, communautaire, et vivent en famille élargie qui s’étant à l’ensemble du royaume.
Les Collections de Saint-Cyprien présentent ici quelques 50 sculptures Yorubas. Une exposition inédite puisque ces pièces ne sont jamais sorties des collections privées auxquelles elles appartiennent, c’est donc une première et en plus dans notre région.
L’élan insufflé par le Musée du Quai Branly a mis au jour les arts premiers, mais les expositions de ce type restent néanmoins rares, d’autant plus quand il s’agit d’une exposition monographique. Avec Yoruba et ses statues de cérémonies, c’est la découverte d’une ethnie vieille de plus de 3000 ans , riche d’un savoir et d’un sens artistique impressionnant, que Sébastien Planas, directeur des collections accueille dans le magnifique cadre de Saint-Cyprien. La ville, qui dénote par son intense activité artistique, possède trois entités artistiques que sont la Collection d’art contemporain, la Collection d’arts primitifs et le musée François Denoyer, artiste qui légua à la ville une superbe collection de tableaux, dont certains peints par de grands maîtres comme Picasso, Gauguin, Matisse et bien d’autres encore.
Il y a donc plusieurs bonnes raisons de se rendre en pays catalan… L’une des principales est que l’exposition Yoruba offre une occasion unique de voir des pièces d’une grande qualité artistique représentant une ethnie importante de la corne de l’Afrique, ethnie qui compte aujourd'hui plus de vingt millions de personnes et qui en fait la plus grande communauté d'Afrique.

Yoruba – Collection d’arts primitifs : jusqu’au 26 octobre
Francis Bacon – Estampes : jusqu’au 21 septembre
Aux Collections de Saint-Cyprien (04 68 21 32 07).

Uzès, terre fertile

Le musée d’Uzès, né en 1910 de la réunion de deux fonds, l’un de beaux-arts, l’autre d’histoire locale (à l’origine installés dans l’Hôtel de Ville) vient de concrétiser un projet qui lui tient à cœur depuis longtemps. Jean-Paul Pichon, descendant de l’illustre famille de potiers uzétiens, mettra sa collection de céramiques Pichon en dépôt au musée d’Uzès pour une durée de cinq ans renouvelable "si affinités". De nouvelles vitrines devraient permettre d’exposer cette collection (terres mêlées, décors ne relief, couleurs unies…) extraordinaire.
Repris en main à partir de 1946 par Georges Borias, artiste et enseignant, après une période d’abandon, le musée ne cessa alors de se développer et de s’enrichir considérablement. Ainsi, installé dans les bâtiments de l’ancien palais épiscopal d’Uzès (monument historique classé) depuis 1978, le musée porte depuis 1988 le nom de Georges Borias, en hommage à près de quarante ans de direction bénévole.
Les collections du musée offrent aujourd’hui un panorama très complet de l’histoire d’Uzès, de la Préhistoire à nos jours : archéologie, ethnographie locale, armoires peintes du 18ème siècle, dites « armoires d’Uzès », poterie de l’Uzège, peinture, ... En outre, des expositions temporaires, en lien avec les collections, sont régulièrement organisées. Depuis 2002, le musée Georges Borias est reconnu « Musée de France » par le Ministère de la Culture.

Pichon, deux siècles de céramique à Uzès :
A partir du 16 septembre au Musée Georges Borias à Uzès (04 66 22 40 23).

Les Brèves

Le Musée des Beaux-Arts de Carcassonne propose, jusqu’au 21 septembre, une exposition présentant un éventail important de sculptures de l'artiste catalan Joan Miro. L’artiste commence la sculpture dans les années soixante et soixante-dix car il y voit un moyen d'aller au-delà de la peinture et de réaliser la fusion de l'art et de la vie. Depuis les années vingt, il veut, selon ses propres termes, « assassiner la peinture ».

Miro, la métaphore de l'objet : jusqu’au au 21 septembre au Musée des Beaux-Arts de Carcassonne (04 68 77 73 70).

Le Carré d'Art présente le 2ème volet de « Scènes du Sud » proposant une vision de l’actualité plastique des Balkans à la Palestine. Après une première partie présentée l’été dernier autour des scènes artistiques d’Espagne, d’Italie et du Portugal, le Musée d'art contemporain de Nîmes, l’exposition se tourne cette fois vers l’activité artistique en Méditerranée de l’Est, des Balkans à la Palestine.

Scènes du Sud II : Méditerranée Orientale à Nîmes : jusqu’au 21 septembre au Carré d’Art à Nîmes (04 66 76 35 70).

Pour leur 25ème anniversaire, les Journées Européennes du Patrimoine ont pour thème « Patrimoine et création ». C’est l'occasion de mettre en valeur la relation existante entre le patrimoine et la création, ainsi que les possibilités de développement culturel et d'aménagement urbain et paysager qu’elle génère sur l’ensemble du territoire. Les incontournables : le Pont du Gard, la Forteresse de Salses, la Cité de Carcassonne, les châteaux cathares, …

Les Journées Européennes du Patrimoine : les 20 et 21 septembre partout en Europe. (04 67 02 32 00).

Le Centre Régional d’Art Contemporain (CRAC) de Sète accueille cet automne, les œuvres de quatre artistes : Philippe Mayaux, Karim Ghelloussi, Dorota Bukowska et Fleur Noguera. Alors que les deux premiers détournent avec humour et poésie, objets et images du quotidien, dans le but de d’établir un « dialogue » entre leurs oeuvres et leurs recherches respectives, Dorota Bukowska se nourrit du réel pour livrer son « état de transition », et Fleur Noguera présente son film d’animation « Smoke », une fenêtre ouverte sur le monde.

Exposition du 10 octobre au 7 décembre au Centre Régional d’Art Contemporain à Sète (04 67 74 94 37).
Mementobis.fr, le webzine culturel de la Région Languedoc-Roussillon. Retrouvez l'ensemble de l'actualité culturelle de votre magazine Memento, et les + du Web : culture, concours, programmes cine, forum, vidéo, dernières news, ...
Voir les vidéos