La Une
Festival
Musique
Théâtre
Cirque
Cinéma
Danse
Livres
Arts Visuels
Art de Vivre
Des étincelles puis la nuit

François Forestier, entre roman et policier
Si François Forestier se défend d’avoir voulu, avec Marilyn et JFK, écrire un livre de révélations, pour tout qui s’intéresse un tant soit peu à ce couple mythique, l’ouvrage est bourré de faits, de dialogues et de scènes qui laissent sans voix. Point ici de déférence ou de panégyrique : l’auteur aborde son sujet avec la plume du journaliste qu’il est. Cela donne un ton vif, percutant et, surtout, cela se lit d’une traite, à mi-chemin entre le roman et le rapport de police. “Mon univers n’est pas celui du consensus gentil et sympathique”, dit-il. “Ce qui m’intéresse, c’est de montrer l’envers du décor. Et s’il est noir ou peu recommandable, tant pis, c’est comme ça. Du coup, le contraste est d’autant plus fort avec les instants de sentiments vrais. Je pense qu’entre Marilyn et Kennedy, il y a eu de petits moments, des étincelles. Mais qu’ils étaient confrontés à fortes parties. Les univers dans lesquels ils se mouvaient étaient particulièrement sordides.”

Vous avez eu accès à des documents inédits pour écrire ce livre. Vous dites vous même que presque tout a été détruit…

“Effectivement, beaucoup de choses ont été détruites. Mais il n’y a pas une ligne de dialogue dans mon livre qui ne soit pas vraie. Ce sont des choses qui ont soit déjà été reproduites, soit utilisées. En revanche, c’est que j’ai eu accès, au fil de mes 40 ans de carrière de journaliste cinéma, à des gens qui m’ont parlé de Marilyn. J’ai interviewé Billy Wilder quatre fois, John Frankenheimer qui était un ami de Bobby Kennedy, j’ai été voir John Huston chez lui au Mexique. Tous ces gens ont évoqué Marilyn soit avec tendresse, soit avec mépris. J’ai fait mon choix dans tout ça. Et puis, j’ai croisé ça avec les informations dont je disposais déjà. On a raconté tellement de bobards sur elle et sur lui…”

Marilyn et JFK étaient sous écoute permanente : des milliers de micros truffaient leurs vies…

“C’était le cas, je ne me permettrais pas d’inventer ce genre de chose. Quand j’ai commencé à écrire ce livre, je savais qu’il me faudrait plus que leur histoire d’amour. La deuxième histoire qui est venue s’imbriquer dans la première, ce sont ces micros. Il y en avait partout et tout le temps. Quand l’appartement de Marilyn a été racheté par Veronica Hamel, elle a fait faire des travaux de rénovation. C’est là qu’on a découvert qu’il y avait, au bas mot, quatre jeux de micros cachés dans les plâtres et les stucs.”
Vous avez signé un livre sur Howard Hugues et sur Onassis. Vous y aviez croisé les Kennedy…

“Exactement. J’ai découvert que l’univers des Kennedy était absolument terrible. Le père, Jo, n’était peut-être pas aussi fou qu’Howard Hugues, mais il était aussi peu recommandable. Quant à Jackie, on se doute bien qu’elle n’avait pas épousé Onassis par amour. Devant la masse de choses écrites sur cette famille, j’avais un peu peur. Mais je me suis lancé et je me suis dit Pourquoi pas y aller à fond et parler de Marilyn ?”

Pour vous, Marilyn n’a pas été tuée par les Kennedy, elle ne s’est pas suicidée ?

“Les Kennedy n’avaient pas besoin de la tuer : il suffisait de la faire interner. Il y avait des antécédents de folie dans sa famille. C’était une femme suicidaire, mais une actrice ne met pas fin à ses jours dans un état de crasse comme celui dans lequel on l’a trouvée. Et puis, dans le mois qui a précédé sa mort, elle avait quand même fait trois overdoses. Pas des petites. La quatrième a été fatale. C’est une femme qui ne savait pas à quel point elle était malade.”

Le temps passant, des archives vont s’ouvrir. Vous pensez qu’on y découvrira encore des choses ?

“Oui, je pense. Celles de la CIA s’ouvriront en 2028 et on aura accès aux rapports d’autopsie de JFK, par exemple. Rien que ça révélera des choses : on pourra savoir combien de balles l’ont touché, où était le tireur.”

Isa M

François Forestier : Marilyn et JFK, Albin Michel.

Nos années collège, le premier roman de Youtop

Parmi les centaines d’ouvrages écrits cette année, il y a beaucoup de livres de professeurs ou autres spécialistes, pour changer ou sauver notre école. Youtop, l’auteur de « La Chemise » dont c’est le premier roman, parle aussi d’école mais pas sous le même angle. Quinze ans après, il nous livre les souvenirs de sa classe de cinquième dans un collège qu’il baptise « Notre-Dame-de-L’Education-Nationale ».
D’emblée l’illustration de la couverture du livre donne le ton avec les deux garnements qui écrivent en rouge et bleu « Presque tous les proff sont des rats » ou peut-être « des ratés ». On ne sait pas exactement, mais sur le mur fraîchement repeint, ça fait désordre.
Dans le collège, en ce début d’année, des groupes se forment par affinité ou hasard. Il y a Melchior, Prout et La Poisse. Melchior, dit La Chemise, pratique la boxe française et a pour héros Cyrano de Bergerac. Prout, au surnom évocateur, traîne son allure débraillée et sa belle-mère, et La Poisse essaie de faire oublier ses millions et son chauffeur personnel.
En face, il y a Marteau, dit Grand Marteau parce qu’il est grand, toujours accompagné de ses deux acolytes : les Dalton, avec qui il terrorise Notre-Dame-de-L’Education-Nationale. Tous seront plus ou moins amoureux de Zora la rousse. Cette rivalité va tout révéler et tout faire voler en éclats.
Amour, amitié, vengeance et guerre de bandes, mettront alors en évidence une institution bancale. Le monde scolaire dévoilera son lot de profs décalés, névrosés et passionnés. Entre rêves et réalités, l’année passera et finira très mal pour Zora.
Youtop, né en région parisienne, habite désormais dans les Hauts Cantons de l’Hérault. S’il n’a jamais enseigné, il a eu une vie professionnelle très variée. Il a travaillé pour le cinéma, puis comme directeur de formation professionnelle, directeur adjoint d’une école technique et responsable de formation dans un cabinet de ressources humaines. La ligne directrice de sa carrière, toujours tournée vers les autres, nous permet de comprendre l’ouverture d’esprit qu’il manifeste dans son roman.
Celui-ci se lit très facilement et nous emporte avec un rythme soutenu tout au long de cette année scolaire. On suit avec émotion les aventures de nos collégiens et leurs rêves rocambolesques. Ce roman drôle, léger mais aussi cruel se lit comme un captivant et réaliste roman policier.

Claude S

La Chemise, Youtop, Ed. Singulières
190 p. - 16,50 euros

Les tourments de Jared Gail

6 auteurs, 6 albums d’Empire USA que l’on peut lire avant la fin de l’année.
Sans aucun doute un des événements bd de la rentrée.Empire USA débarque dans les bacs des libraires pour une course effrénée qui se déroule à plusieurs niveaux !
Avant tout six déssinateurs et scénaristes nous emportent dans cette aventure incroyable; six tomes tous disponibles avant la fin de l’année. Avec au scénario de cette série express, Stephen Desberg.
Le scénariste de Scorpion ou encore Black Op prend les commandes avec au crayon pour le tome 1, Griffo, grand maitre du 9ème art à qui l’on doit, entre autres, S.O.S Bonheur avec Vanhamme et Vlad avec Swolf. Dans le tome 2, Mounier (Décalogue avec Giroud) prend le relai pour le dessin et ainsi de suite viendra s’ajouter à la liste des tomes suivants ; Juszesak, Koller et Reculé.
Empire USA, c’est avant tout l’histoire de Jared Gail, qui à grandi au Caire, fait ses armes de soldat en Irak et qui aujourd’hui travaille pour la CIA, sous le statut d’agent non répertorié. Avec deux acolytes, Duane, le fana de Star Wars et Saskia mère en plein divorce, ils sont chargés de déjouer une attaque du groupe terroriste Hashshins. Trois des quatre bombes chimiques disposées dans des grandes villes des États-Unis ont été détruites mais seul Jared sait ou se trouve la quatrième. Le problème, c’est qu’il est en pleine tentative de suicide, un revolver sur la tempe et il se repasse l’histoire de sa vie. Et comme il le dit lui même en fin de premier tome « C’est exactement à ce moment là, que je ressentis pour la première fois une sorte de corde qui se resserrait autour de mon cou ». Avec des auteurs de grand talents, Empire USA prend place dans les bibliothèques avec grand plaisir, le premier tome dessiné par Griffo est superbe, avec une histoire qui tient en haleine de la première à la quarante huitième page, a suivre pour les cinq tomes à venir.

Ja.RAST

Empire USA, Desberg Griffo Mounier,
Tome 1 et 2 disponibles dès le 19 septembre. .
Tome 3, 4, 5, 6 à venir - Ed. Dargaud

Le tueur à gage qui rendit XIII amnésique

L’homme au tatouage dans la nuque, XIII est arrivé à la fin de ses aventures, après 23 ans de bons et loyaux services, il sait enfin qui il est, mais subsistent beaucoup de mystères issus de l’ensemble de ses aventures. Jean Van Hamme et William Vance, ne souhaitaient pas en rester là. De ce constat est né la collection XIII mystery qui donne un éclairage sur la série originelle.
« Il suffit de feuilleter XIII mystery, 13°album et véritable bible de treize pour comprendre que les 130 personnages dont nous donnons la biographie ont encore beaucoup de choses à nous apprendre. » Explique Jean Van Hamme « l’idée a donc été d’offrir à des auteurs, scénaristes et dessinateurs, l’occasion de mettre en scène un de ces personnages. »Et rien n’est choisi au hasard, Jean Van Hamme pilote le projet et permet aux meilleurs auteurs du moment de se pencher sur la vie de ceux qui ont croisé l’homme sans mémoire.
On entre dans la collection avec l’histoire de la Mangouste. Personnage emblématique de la série, il est celui qui rendit XIII amnésique et qui mourut assassiné dans une ancienne base atomique du Nevada. Mais son histoire commence bien avant tout cela dans une menuiserie de Berlin-Est. « J’ai décidé de montrer comment un tueur à gage éduque un jeune garçon paumé. L’élève, surdoué deviendra la mangouste » explique Xavier Dorison scénariste de ce premier tome qui est dessiné par Ralph Meyer (Berceuse Assassine).
Des retrouvailles qui rapellent toutes ces années partagées avec XIII.

XIII mystery - Tome 1, La Mangouste par Meyer & Dorison
Ed Dargaud - Sortie le 3 octobre

XIII sur le petit écran...

Le projet a mis longtemps à voir le jour, pas facile d’adapter de la bande dessinée, encore moins facile d’adapter une BD culte comme XIII. C’est chose faite, la série sera diffusée sur Canal + en octobre. Stephen Dorff incarne XIII, l’acteur dévoilé dans Blade face à Wesley Snipes, se retrouve dans cette aventure au coté de Val Kilmer et de Caterina Murino. Deux épisodes de 90 minutes réalisés par Duane Clark (Les Experts) où l’on retrouve Jones, La Mangouste, le Général Carington, sans oublier Amos et Kim.
Un projet ambitieux qui a demandé des moyens techniques et artistiques exceptionnels. Espérons que le résultat soit en adéquation avec le mythe de XIII couché sur papier par Van Hamme et Vance. Sur Canal + en Octobre

Les BD à lire…

Hammerfall - T.3, Talijancic et Runberg
La cohorte de Bjorn s’approche de son but : le territoire d’Ulf-le-blanc, celui qui a volé la relique réclamée par Charlemagne et Rome. Mais en travers de son chemin, il doit affronter les gardiens des sources magiques d’Elivagar, des géants traditionnellement alliés aux clans locaux...
Les frères Larsson ont réussi à échapper aux créatures Skanes du roi Grimnir. Mais quelles sont leurs chances de libérer la jeune épouse d’Harald, à moins d’une protection « divine »... ?
Dans les forêts du Nord de l’Europe, en cette fin du VIIIe siècle, les chemins des hommes et des dieux, anciens et nouveaux, s’entremêlent...

Sortie début septembre
Ed Dupuis

Shutter Island, Dennis Lehane et Christian De Metter
Boston, années 50. Deux marshals fédéraux, Teddy Daniels et Chuck Aule, se rendent pour les besoins d’une enquête sur une île étrange, Shutter Island, sur laquelle est établi un institut psychiatrique très spécial, qui n’accueille que les fous criminels particulièrement dangereux. Mais à vrai dire, tout est spécial sur Shutter Island, comme le relèvent les deux enquêteurs dès leur arrivée : les locaux, le personnel d’encadrement, les médecins, sans oublier la lourde atmosphère de secret qui semble peser sur les hommes et les choses. Alors qu’une forte tempête s’approche, qui condamnera les fédéraux à demeurer sur l’île pour une durée indéterminée, tout se met en place pour un terrifiant huis-clos…

Sortie le 10 septembre
Ed Casterman

Les chevaux du vent - T.1, Fournier et Lax
Les chevaux du vent, ce sont ces drapeaux de prière multicolores reliés par un même fil qui ondulent sous la brise, claquent sous la tempête, se délavent sous le soleil et la mousson, se déchirent sous la marche du temps, mais qui ne cessent d’illuminer les esprits. La vie des êtres humains n’est-elle pas à l’image de ces morceaux d’étoffe ? C’est la question que posent Lax et Fournier en conviant leurs lecteurs à rejoindre dans leur intimité une famille de la haute vallée du Gange à la fin du XIXe siècle. Deux frères amoureux de la même femme, il n’en faut pas plus pour rompre l’équilibre d’une famille, pour lancer ses protagonistes sur les routes de l’aventure. Sur fond de colonisation et de conquête victorienne, ce sont tous les mouvements de la tragédie classique qui se jouent à l’ombre des cimes enneigées de l’Himalaya.

Sortie le 1 octobre
Collection «Aire Libre» Ed Dupuis

Les lettres de Fées séchées, Ari Berk et Brian Froud
Comment toucher du bout du doigt un monde sorti de notre imaginaire collectif ? Tout simplement grâce au récit d’une femme qui a côtoyé des fées, et qui sait s’entourer des meilleurs experts de son époque pour en parler !
Brian Froud et Ari Berk présentent Les Lettres des Fées séchéesde Lady Cottington, récemment acquises par les Archives Cottington. Il s’agit d’une correspondance décorée de fées séchées entre Lady Angelica Cottington et diverses personnalités de la fin du XIXe siècle, de Rudyard Kipling à Carl Jung, en passant par l’amie de Peter Pan Wendy Darling, Alice au Pays des Merveilles ou Arthur Conan Doyle. Pourquoi lady Angelica fut-elle entourée de fées toute sa vie ? La clé de l’énigme se trouve sans doute dans ces lettres…

Sortie le en octobre
Glénat BD

Mementobis.fr, le webzine culturel de la Région Languedoc-Roussillon. Retrouvez l'ensemble de l'actualité culturelle de votre magazine Memento, et les + du Web : culture, concours, programmes cine, forum, vidéo, dernières news, ...
BD coup de coeur